Actions humanitaires et aromathérapie à Madagascar

Temps de lecture : 4 minutes

Anne Moro est docteur en chirurgie infantile plastique, spécialisée en chirurgie des fentes labio-palatines. Elle coordonne un centre de compétences dans ce domaine au CHU Félix Guyon de St Denis de La Réunion. Elle est également co-fondatrice et vice-présidente de l’association TSIKYRUN.
J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Anne Moro. Durant cet entretien, elle explique de façon concrète comment elle utilise l’aromathérapie dans la prise en charge globale des fentes labio-palatines, dans le cadre des actions humanitaires de l’association à Madagascar.

Les fentes labio-palatines

Les fentes labio-palatines sont des malformations congénitales de la face qui apparaissent quand les tissus de la lèvre et/ou du palais ne se sont pas fermés pendant le développement embryonnaire. On parle plus souvent de “becs de lièvre”.
Ces malformations touchent environ 1 nouveau-né sur 700 en Europe. Il y a des variations selon les ethnies puisque l’on compte un cas sur 500 naissances dans les populations asiatiques. La plupart de ces malformations surviennent spontanément. Et leurs causes sont souvent inconnues. Mais des facteurs génétiques et environnementaux peuvent aussi en être responsables (tabac, alcool, rubéole, médicaments anti-épileptiques, manque d’acide folique et de vitamine A).*

La situation à Madagascar

A Madagascar, en l’absence d’études, la fréquence est évaluée à 1 cas sur 1000 naissances, voire sur 700 dans certaines régions.

Comme l’indique l’association sur son site, le salaire moyen est de 42, 82 euros par mois et l’assurance maladie est quasi inexistante. Les familles qui ont un enfant qui présente une fente labio-palatine sont souvent rejetées. Ces malformations étant vues comme une malédiction, notamment.

Les actions de l’association TSIKYRUN

En 2018, Anne Moro et ses collègues décident de créer l’association TSIKYRUN (Tsiky signifie « sourire » et Run désigne La Réunion). C’est alors une équipe déjà aguerrie aux missions humanitaires à Madagascar depuis 2015.

Leur premier objectif est d’opérer les enfants et les adultes qui présentent une fente labio-palatine, en leur offrant une prise en charge totale avant, pendant et après l’opération (soins, nourriture, vêtements, traitement de suite).

De plus, leur intention est de montrer que les plantes et les huiles essentielles locales sont plus abordables et aussi souvent plus efficaces que certains traitements allopathiques (pour la cicatrisation en particulier).

Anne Moro est titulaire d’un DU d’aromathérapie, comme l’une de ses collègues de l’association, Magali Pellegrino qui est infirmière de bloc opératoire.

L’aromathérapie à toutes les étapes de la prise en charge

Dans le cadre plutôt spartiate d’un hôpital de campagne, la plupart des actes médicaux sont réalisés en utilisant des produits locaux à base de plantes, d’huiles essentielles et d’hydrolats.

En effet, tous les produits sont achetés à des partenaires locaux. Certains sont d’ailleurs formulés et fabriqués spécialement pour les missions de l’association.

Pour la phase pré-opératoire

Ainsi, un savon à base d’huiles essentielles permet aux patients de se laver avant l’opération.

En cas de rhume ou de refroidissement, un baume aux huiles essentielles d’Eucalyptus globulus et de ravintsara (Cinnamomum camphora) est appliqué.

Les soignants eux-mêmes utilisent un gel hydro-alcoolique qui contient certes encore 60% d’alcool, mais aussi 20% d’aloe vera et 2 à 5% d’huiles essentielles.

Avec ce gel hydro-alcoolique, nos mains nous disent merci. Les gels à 70% d’alcool qu’on utilise à l’hôpital provoquent des irritations et de l’eczéma. »

Anne Moro

Cependant, n’espérez pas faire entrer ce gel dans les établissements hospitaliers pour le moment :

Pour qu’il soit accepté à l’hôpital, il faut des tests. Nous avons le projet de les faire pour valider l’action anti-bactérienne de notre gel. Mais les labos avec lesquels nous travaillons n’ont pas les moyens de mener ces tests actuellement.

Pour le nettoyage des surfaces (verre et métal), pas de décontaminant chimique de synthèse, mais un spray spécialement formulé à 30 % d’huiles essentielles.

Et, en l’absence d’un système de diffusion atmosphérique, c’est un aussi un spray à base d’hydrolats et d’huiles essentielles qui est utilisé pour décontaminer l’atmosphère. On y trouve majoritairement des essences d’agrumes.

Pendant l’intervention, Anne Moro emploie de l’huile végétale de Nigelle(Nigella sativa L.) et les huiles essentielles de ciste ladanifère (Cistus ladaniferus) et de géranium rosat (Pelargonium graveolens) en tant qu’hémostatiques.

En post-opératoire

Les baumes cicatrisants pour les lèvres sont réalisés avec du beurre de karité, de l’huile de Centella asiatica, de la cire d’abeille et de l’huile de calophylle (Calophyllum inophyllum).

Les hydrolats sont utilisés pour nettoyer le nez et la bouche avec le sérum physiologique.

Enfin, les opérations étant source de stress et d’anxiété, les plus petits peuvent se rassurer avec un doudou imprégné de mandarine (Citrus reticulata), d’ylang ylang (Canaga odorata) ou d’orange (Citrus sinensis). Quant aux adultes, leur dignité leur interdisant ce type de réconfort, ils peuvent demander un aromastick pour se relaxer.

L’association fournit la quantité de traitement nécessaire pour une semaine et le suivi est assuré par les équipes médicales sur place.

Les missions de l’association

L’association TSIKYRUN (qui est à but non lucratif) a pu démarrer ses activités grâce à une bourse octroyée par la Fondation Gattefossé en 2018.

Durant sa première mission l’année suivante, l’équipe est intervenue auprès de cinquante patients. Ce qui représente une lourde charge de travail sur une semaine. Les opérations sont assurées par deux chirurgiens, dont le Dr Anne Moro. Elles sont longues et peuvent se prolonger jusque tard dans la nuit.

Du fait des restrictions liées à la crise sanitaire, la mission d’avril 2020 a été annulée. Une autre est programmée en octobre 2021, mais il y a encore des incertitudes. En effet, les établissements de soin connaissent une pénurie d’oxygène..

C’est le poste le plus important de notre budget. Nous ne savons pas s’il y aura assez d’oxygène là-bas pour notre prochaine mission.

Anne Moro

Comment peut-on soutenir l’association ?

Nous avons un bon stock d’huiles essentielles maintenant. Nos besoins sont surtout financiers. Nous apportons 200 à 300 kilos de matériel à chaque fois. Nous avons besoin d’acheter des compresses, des produits anesthésiants etc.

Nous collectons des jouets et des vêtements auprès des Réunionnais.

En dehors de leurs missions, les membres de l’association assurent seuls toutes les autres tâches liées à son fonctionnement. Ils ont eux-même créé le site internet. Ils assurent la communication via les réseaux sociaux. Anne Moro admet que certaines choses prennent plus de temps. Mais on peut toujours les contacter pour des informations.

Vous pouvez soutenir l’association et faire un don sur le site : https://www.tsikyrun.org

Nous vous rappelons que ces informations ne constituent pas une prescription médicale. Elles concernent un usage professionnel de l’aromathérapie. Veuillez vous reporter à la page d’accueil (en bas).

Vous souhaitez lire d’autres articles comme celui-ci ? Inscrivez-vous pour recevoir les notifications des nouvelles publications.

Image par Anna Martellato de Pixabay

*source : Association Francophone des Fentes Faciales (https://afff.fr/fentes-labio-palatines/definition-fente-labio-palatine/)

2 commentaires

  1. Oh, chère Géraldine, quelle belle idée de mettre en avant les acteurs du secteur qui utilisent au quotidien les huiles essentielles et végétales dans leur activité !!! De plus, mettre en valeur ces femmes / hommes courageux(ses) et déterminé(e)s encore plus !
    Sais tu si les Huiles essentielles qu’ils utilisent dans le cadre de l’association sont des huiles produites et distillées sur place ? (car Madagascar a tout ce qu’il faut en terme de production locale).

    Merci et grosses bises, Johanne

    • Hello chère Johanne,
      Tu as raison de rappeler que la Grande Ile ne manque pas de ressources.
      Oui Anne Moro souligne que les huiles essentielles que l’association utilise sont produites et distillées localement, c’est-à-dire à Madagascar. Elle a par exemple cité Coeur de Forêt. Mais j’ai compris que certaines huiles viennent aussi de La Réunion (Run’Essence).
      Bises et à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.