Activité anti-cancéreuse de l’huile essentielle de sauge officinale

Temps de lecture : 4 minutes

Plusieurs huiles essentielles sont interdites aux personnes atteintes d’un cancer dit hormono-dépendant. Il est dit que des composants, en imitant l’action des hormones, tendraient à accélérer la prolifération des cellules cancéreuses. Tous les chercheurs ne sont pas d’accord avec cette idée. Cependant, il semble que des huiles essentielles pourraient avoir l’effet inverse, en luttant contre la croissance de ces cellules. Une étude examine ainsi l’activité anti-cancéreuse de l’huile essentielle de sauge officinale.

Qu’est-ce qu’une hormone ?

Une hormone est une substance sécrétée par l’organisme pour transmettre des messages à un organe cible. L’hormone va se fixer sur un récepteur spécifique, délivrer son message et inciter ainsi cet organe cible à agir.

Un système endocrinien perturbé se caractérise par une quantité d’hormones en circulation dans l’organisme supérieure ou inférieure à ce qui est nécessaire. Ce qui peut favoriser la formation d’une tumeur.

Qu’est-ce qu’un cancer hormono-dépendant ?

Lorsque les hormones jouent un rôle dans la prolifération des cellules cancéreuses, on dit que ce cancer est hormono-dépendant ou hormono-sensible.

Ainsi les cancers du sein et de la prostate sont des cancers hormono-dépendants, sensibles aux hormones sexuelles. En dehors des cancers, certaines maladies sont également dépendantes des hormones. C’est le cas de l’hyper/hypothyroïdie ou de l’endométriose.

La grande majorité des cancers de la prostate sont liées à la testostérone. Mais 60 à 70 % des cancers du sein sont dépendants des œstrogènes (chiffres de la Fondation ARC).

Certaines cellules cancéreuses présentent une quantité anormale de récepteurs spécifiques à leur surface. Si une hormone se fixe à ce type de cellules, elle a tendance à stimuler leur prolifération. Ce qui favorise le développement d’une tumeur. En revanche,  ce processus ne s’enclenche pas si la cellule ne porte pas de récepteur spécifique.

Huiles essentielles et œstrogènes

Certains composants des huiles essentielles pourrait avoir une activité hormonale, voire imiter l’action des hormones et agir sur les organes cibles.

Par exemple on dit que le sclaréol présent dans l’huile essentielle de sauge sclarée, aurait des propriétés similaires aux œstrogènes. D’un côté cela l’interdirait aux personnes qui ont ou ont eu un cancer hormono-dépendant, sensible aux œstrogènes. De l’autre, cela la rendrait efficace pour soulager les troubles de la ménopause ou le syndrome prémenstruel. Or, certains chercheurs réfutent cette allégation qu’ils considèrent comme un mythe.

Voilà un sujet qui mériterait un article. Mais pour résumer, disons qu’en raison de sa structure moléculaire, différente de celle des œstrogènes, il n’est pas vraisemblable que le scaréol imite l’action des œstrogènes ou puisse se lier à des récepteurs œstrogéniques. En outre, le sclaréol est une molécule assez lourde qui n’est pas entrainée par la vapeur d’eau lors de la distillation. Ainsi, la quantité habituelle de sclaréol (0,1 à 0,4 %) – et peut-être pas les 1,6 à 7% admis, présente dans l’huile essentielle semble interdire ce type de liaison.

Notez que sur l’action hormonale des huiles essentielles, une autre controverse existe s’agissant du possible effet perturbateur endocrinien des huiles essentielles de lavande et de tea tree, supposées être à l’origine de gynécomastie chez des jeunes garçons. Ces conclusions, issues de protocoles peu solides méthodologiquement, ont été largement réfutées par d’autres études.

Il semblerait pourtant qu’un isomère du sclaréol, également présent dans l’huile essentielle de sauge sclarée, ait une action anti-cancéreuse in vitro sur des cellules de cancer du sein et de l’utérus. Or, l’huile essentielle de sauge officinale pourrait elle aussi avoir une action anti-cancéreuse sur des cellules tumorales hormono-dépendantes.

Activité anti-cancéreuse de l’huile essentielle de sauge officinale

Des chercheurs de l’université de Catane ont étudié l’activité anti-cancéreuse de l’huile essentielle de sauge officinale de Sicile. Ils ont aussi examiné ses principaux composants : l’α-thujone, le 1,8 cinéole et le camphre.  Ils ont testé des lignées cellulaires de cancer du sein, de la prostate et du col de l’utérus.

G. Privetera et ses collègues ont observé que l’huile essentielle de sauge officinale (Salvia officinalis) réduit de façon significative la viabilité des lignées de cellules cancéreuses, à des doses de 0,01 et 0,02 mg/mL, après 48h d’incubation. A une dose de 0,02 mg, une combinaison des trois composants principaux a eu un effet cytotoxique dans toutes les lignées cellulaires tumorales. De plus, l’inhibition de la viabilité cellulaire s’est accompagnée d’une modification de la membrane cellulaire dans toutes les cellules traitées dès 48h d’incubation. En effet, l’huile essentielle et ses principaux composés semblent agir sur la paroi cellulaire et la membrane cytoplasmique.

Les résultats montrent que l’huile essentielle entière empêche la prolifération (effet cytostatique) des cellules cancéreuses. Ils indiquent aussi une activité cytotoxique des trois principaux composants. Pour les chercheurs, cela suggère une activité toxique spécifique de ces derniers, indépendante de toute modulation par des composants mineurs ou de tout effet de synergie du reste de l’huile essentielle.

Ils considèrent que l’huile essentielle de sauge officinale ainsi que ses composés ont clairement un effet anti-cancéreux sur les cellules de cancer du sein, de la prostate et du col de l’utérus.

Conclusion

Selon eux, cet effet corrobore l’hypothèse soutenue dans une autre étude publiée en 2018, selon laquelle le mélange de α-thujone, 1,8 cinéole et camphre pourrait être utilisé seul ou en complément de la thérapie conventionnelle d’autres types de cancers.

L’action anti-tumorale de l’huile essentielle de sauge officinale est peu documentée. Des recherches complémentaires sont donc nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes  à l’origine de l’effet anti-cancéreux de cette sauge officinale et pour confirmer in-vivo son activité anti-cancéreuse.

A noter que la vente d’huile essentielle de sauge officinale est règlementée, réservée aux pharmaciens sur ordonnance médicale.

 

Pour recevoir les notifications des nouvelles publications du blog, entrez votre adresse courriel dans la barre latérale.

Sources :

Privitera G, Luca T, Castorina S, Passanisi R, Ruberto G, Napoli E. Anticancer activity of Salvia officinalis essential oil and its principal constituents against hormone-dependent tumour cells. Asian Pac J Trop Biomed 2019; 9(1): 24-28.

Blowman K, Magalhães M, Lemos MFL, Cabral C, Pires IM. Anticancer properties of essential oils and other natural products. Evid Based Complement Alternat Med 2018; 2018: 3149362. Doi:
10.1155/2018/3149362.

 

photo : Michaela Wenzler. Pixabay

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.