Essence de citron (Citrus limonum)

Temps de lecture : 4 minutes

Essence de citron (Citrus limonum)

Les bénéfices pour la santé et les propriétés de l’essence de citron sont multiples.
Avant le printemps (mais aussi tout au long de l’année), l’essence de citron est par exemple la partenaire indispensable de l’équilibre du foie, du pancréas et des intestins.

Un peu de botanique

Le citronnier fait partie de la famille des Rutacées. C’est un arbre qui mesure deux à quatre mètres. Ses feuilles sont coriaces et ses fleurs, blanches, sont odorantes.
Il est originaire de la Méditerranée. Des recherches ont montré qu’il est issu d’une hybridation entre le bigaradier ou oranger amer (Citrus aurantium) et le cédratier (Citrus medica) vers 5000 avant J-C.

L’essence de citron est la plus consommée au monde. On l’extrait par expression à froid des zestes. (Lisez l’article sur les méthodes d’extraction pour connaître la différence entre essence et huile essentielle).
A noter que l’essence peut également être distillée, ce qui modifie sa composition.

Aujourd’hui ce procédé est mécanique. Traditionnellement, on recueillait l’essence de façon manuelle, en frottant les zestes sur une éponge. On considère que cette technique, dite « à la cuillère » (« alla spugna »), permet d’obtenir la meilleure essence. Une autre technique consiste à gratter les zestes sur un récipient muni d’aspérités.

L’essence de citron est composée à 90% de monoterpènes, dont : (+)-limonène, β-pinène, γ-terpinène.

Quels sont les bénéfices de l’essence de citron pour la santé ?

L’essence de citron est réputée pour protéger, entretenir et relancer les fonctions du foie, des reins et du pancréas.  C’est pourquoi elle est utile en période de cure de détoxication, mais aussi au quotidien.
Ces actions positives sont dues à ses puissantes propriétés anti-oxydantes. Elle piège les radicaux libres et contribue à l’action d’enzymes telles que la glutathion peroxydase, qui joue elle-même un rôle dans la protection des cellules contre le stress oxydant.
De plus, une étude sur des souris a montré que l’inhalation d’essence de citron stoppe la prise de poids. Un mécanisme d’activation du nerf sympathique et d’innervation des tissus adipeux blancs accélère la destruction des graisses.
Attention, rien ne dit que vous obtiendrez le même résultat sur vous en respirant de l’essence de citron, mais vous pouvez toujours essayer !

Cette action sur le système nerveux sympathique en fait un anti-stress naturel. En effet, elle module l’activité de la sérotonine et de la dopamine qui sont en jeu dans la dépression et la gestion du stress.
Non toxique, l’essence de citron est considérée comme « l’essence des femmes et des enfants ». Elle stimule ces derniers et semble jouer un rôle dans les processus d’apprentissage, en améliorant la concentration, la mémoire et les performances cognitives des élèves.
Les femmes enceintes peuvent calmer les nausées et les vomissements de la grossesse.
Elle soulage aussi le mal des transports, sans les risques de l’huile essentielle de menthe par exemple.

L’essence de citron est également reconnue comme fluidifiant circulatoire, activant la micro-circulation et la résistance des vaisseaux capillaires.

Anti-infectieuse, des études ont montré son efficacité contre de nombreux germes dont Escherichia coli, le staphilocoque doré, Bacillus cereus. Elle est également anti-fungique et insectifuge.

Enfin, elle est toxique pour des lignées cellulaires humaines de cancer du sein, de la prostate et du poumon.

Quelles sont les principales propriétés de l’essence de citron ?

L’essence de citron est indiquée dans les cas de :

  • Foie congestionné, fatigué
  • Digestion lente et difficile
  • Drainage lymphatique
  • Mal des transports
  • Nausées et vomissements de la femme enceinte
  • Infections virales. Désinfection atmosphérique
  • Couperose, phlébites
  • Manque de concentration, fatigue cérébrale

Comment utiliser l’essence de citron ?

Pour entretenir les fonctions digestives, pancréatiques et hépatiques : 2 gouttes d’essence de citron dans une cuillère à café d’huile d’olive. Observez une pause de deux jours après 5 jours consécutifs d’utilisation.

En cas de mal des transports : 1 goutte sur un sucre de canne ou de la mie de pain avant le voyage.

En cas de nausées et de vomissements pendant la grossesse : 1 goutte sur de la mie de pain ou directement sous la langue, le matin avant le lever. A renouveler jusqu’à 5 fois dans la journée, si nécessaire.

Pour désinfecter l’air ambiant, diffusez 5 gouttes d’essence de citron, 5 gouttes de pamplemousse (Citrus paradisii) et 5 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora CT cinéole).

Précautions

L’essence de citron présente un faible risque de phototoxicité (toxicité pour la peau liée à l’exposition à la lumière du soleil) à des doses physiologiques (maximum de 2%).

Au-delà, il est conseillé de ne pas s’exposer durant les 12 heures qui suivent l’application ou l’ingestion.

L’essence de citron est particulièrement sensible à l’oxydation. Il est préférable de la conserver à l’abri de l’air et de la lumière, au réfrigérateur. Mieux vaut ne pas utiliser une essence ancienne ou oxydée.

Le saviez-vous ?

Il faut 3000 citrons pour obtenir un litre d’essence. Les Grecs, qui appelaient le citron la « Pomme de Médie » (région proche de la Perse), ne s’en servaient que pour parfumer les vêtements. Ce sont les Romains qui, à la fin du IVème siècle, ont acclimaté les citronniers en Italie.

Remarques

Vérifier toujours que vous pouvez utiliser les huiles essentielles. Pour l’établissement d’un diagnostic et l’évaluation de la gravité des symptômes, consultez votre médecin. Je ne saurai être tenue pour responsable des conséquences résultant d’un mauvais usage des informations ci-dessus.

Vous pouvez retrouver une version de cette article dans le magazine Naturelles #17 – Eté 2020 – Bien dans sa tête, bien dans son corps.

Sources :

Dosoky, N.S.; Setzer, W.N. Biological Activities and Safety of Citrus spp. Essential Oils. Int. J. Mol. Sci. 2018, 19 1966.

Faucon M., Traité d’aromathérapie médicale et scientifique, 2ème éd. Le sang de la Terre,  2017.

D. Baudoux ; M.L. Breda, Huiles essentielles chémotypées , Ed. Amyris, 2018.

Tisserand, R.; Young, R. Essential Oil Safety, 2nd ed. Elsevier, 2014.

 

 

2 commentaires

  1. […] composé à part égale de trois huiles essentielles réputées antiémétiques : menthe poivrée, citron et gingembre. L’étude comptera au total 96 patients volontaires.Après avoir obtenu l’accord […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.