Les méthodes d’extraction des huiles essentielles

Temps de lecture : 2 minutes

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé quelles sont les méthodes d’extraction des huiles essentielles.

Dans cet article vous saurez tout sur les techniques qui permettent d’obtenir vos précieux extraits aromatiques.

 

Les principales méthodes d’extraction des essences végétales

Elles sont variés et permettent d’obtenir des extraits aromatiques dont les usages diffèrent. Nous allons évoquer les trois principaux procédés.

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau

C’est LA méthode d’extraction des huiles essentielles. On en parle d’huile essentielle que s’il y a eu distillation.

Les méthodes d'extration des huiles essentielles
Distillation par entraînement à la vapeur d’eau

 

L’eau chauffée lentement et sous basse pression entraîne les huiles essentielles libérées par les plantes.

Ensuite, la vapeur passe par un serpentin où elle se condense. A la sortie, l’eau et l’huile essentielle s’écoulent dans un essencier, aussi appelé vase florentin.

Enfin, on recueille l’huile essentielle (plus légère que l’eau) qui flotte à la surface de l’essencier. La partie aqueuse constitue l’hydrolat ou hydrosol.

On peut dire que l’huile essentielle est une essence distillée et que ce procédé modifie la composition moléculaire de l’essence d’origine. Néanmoins, les propriétés thérapeutiques des nouvelles molécules formées sont réelles.

Expression mécanique à froid

Ce procédé d’extraction ne donne pas à proprement parler des huiles essentielles. On l’utilise pour extraire les essences des zestes d’agrumes (Citrus). On parle ne parle pas d’huile essentielle car il n’y a pas de distillation par entrainement à la vapeur d’eau.

Autrefois, soit on grattait les zestes frais sur des parois métalliques munies d’aspérités, c’était la méthode dite « à la cuiller ». Soit ils étaient pressés contre des éponges naturelles que l’on essorait pour en recueillir l’essence.

Aujourd’hui les essences sont extraites à partir de fruits entiers qui sont grattés ou pressés avec des machines automatisées.

Je ne traiterai pas ici des méthodes d’extraction par enfleurage ou par solvant volatil qui produisent des essences d’extraction (absolue ou concrète) qui ne sont pas utilisables en aromathérapie pour une application cutanée ou un usage interne.

Extraction par CO2 supercritique

Sous certaines conditions de pression et de température (31°C) le dioxyde de carbone se comporte comme un solvant. Il est alors à l’état supercritique, c’est-à-dire entre l’état liquide et l’état gazeux.

Le pouvoir d’extraction du CO2 supercritique est très fort.

Ce procédé permet d’obtenir des extraits parfaitement purs, dont les principes actifs sont très proches du végétal d’origine. En effet, ces extraits contiennent à la fois les molécules liposolubles et hydrosolubles (ce qui n’est pas le cas des huiles essentielles).

L’extraction au CO2 supercritique peut concerner l’aromathérapie quand la matière première est une plante aromatique.

Pourtant, les extraits ainsi obtenus ne sont pas considérés comme des huiles essentielles et ne sont pas inscrits à la pharmacopée.

Ils sont cependant admis dans le cahier des charges de l’agriculture biologique.

 

Photo : https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Alambics_huile_essentielle_Nosy_Be.jpg&oldid=269196239

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.